13/05/2017

Contre la morale

La troisième guerre du Golfe a interrogé beaucoup d’entre nous sur le concept de morale. Cette guerre était selon George W. Bush celle de l’« axe du Bien » contre l’« axe du Mal ». Que pouvaient être ces notions de Bien et de Mal, pour conduire à une aussi décision politiquement absurde et humainement indéfendable, justifier le prétexte d’un mensonge éhonté – les « armes de destruction massive » –, aveugler au point qu’on prétende Saddam Hussein et Oussama ben Laden main dans la main ? Et de fait, le Bien et le Mal semblent bien des notions inopérantes*…

Lire la suite...

11/05/2017

Communauté indienne Beija-Flor, 3/4/16

En 1986, Richard Melnick, un Américain installé à Manaus tient une boutique d’artisanat amérindien avec un associé, Ivan, métis tchikuna, et un employé, Fausto, d’ethnie satéré-mawé. Il décide d’acheter une terre en vue d’y implanter une communauté amérindienne multiethnique pour y vivre de l’artisanat. La Comunidade indígena Beija-Flor s’installe en 1991 sur les 42 hectares qu’il a acquis à Rio Preto da Eva, à 80 km à l’est de Manaus…

Lire la suite...

02/05/2017

Enjeux, 02/05/17

Au-delà des falsifications grossières de Marine Le Pen, de l’inconsistance de la campagne d’Emmanuel Macron, de la cacophonie républicaine face au danger néofasciste, le choix auquel la France est aujourd’hui soumise a le mérite d’éclairer les enjeux du monde actuel : depuis une trentaine d’années, notre planète est confrontée à 3 séismes imbriqués…

Lire la suite...

16/04/2017

Volatilité, 16/04/17

Dans une semaine, 9 des 11 candidats à l’élection présidentielle française seront éliminés. Nous pouvons avoir une certitude : il y aura des surprises, peut-être de grosses surprises, et probablement des morts…

Lire la suite...

10/04/2017

Monte Alegre, 25/03/16

Le nid d’Aigle d’Erice, en Sicile occidentale, tous les peuples de la Méditerranée y sont passés, et même les Normands. Tous y ont vu un lieu magique, marqué par le destin, un lieu de contact privilégié avec les puissances de l’au-delà. La même force d’attraction s’est-elle manifestée à Monte Alegre, en Amazonie ?

Lire la suite...

04/04/2017

Lettre persane, 04/04/17

Après 10 mois d’Amérique latine, débarquer à Satolas en pleine campagne présidentielle a quelque chose d’irréel. Je m’étonne de tout, et pour tout dire les bras me tombent quand je constate comment s’ébroue cette curieuse ethnie et comment elle s’apprête à choisir son cacique…

Lire la suite...

24/03/2017

Se construire métis, 24/03/17

Violence et barbarie, la colonisation et l’esclavagisme ont aussi été le lieu de rapports humains, avec toute la panoplie de sentiments et de ressentiments que cela peut supposer. Les autochtones étaient décimés voire anéantis mais, dès le début, sa conquête a peuplé l’Amérique latine d’une génération de métis. Comment vivre en étant né de ce choc, de ces rapports de sang et de passion ? Du Mexique au monde inca, 3 parcours, 3 étranges destins l’illustrent…

Lire la suite...

18/03/2017

La Malinche, 20/08/16

Étrange destin que celui d’Hernán Cortés. Pour certains, le conquérant de l’Empire Aztèque est un conquérant de génie, pour d’autres un monstre barbare : il fut sans doute les deux. Mais Cortés ne serait probablement arrivé à rien sans la rencontre d’une femme hors du commun…

Lire la suite...

14/03/2017

Le phénomène de la conscience

Il est aussi des exils intérieurs…
La conscience est un mystère. Elle comporte même 2 mystères à mes yeux. Inexplicables. Envoûtants.

Lire la suite...

09/03/2017

Hommage à Naná Vasconcelos

Version française
Naná Vasconcelos nous a quittés il y a un an aujourd’hui. Percussionniste autodidacte et éclectique, il jouait aussi volontiers du bérimbau que d’autres percussions, avec les plus grands musiciens de jazz comme avec les plus grands chanteurs de la Musique Populaire Brésilienne ou dans des musiques de film…
Pernamboucain endurci, il a également dirigé l’ouverture du carnaval de Recife durant 15 ans ; les quelques images présentées ici le montrent lors de son avant-dernière participation, en 2014, aux commandes du paquebot qu’est la réunion de 11 des meilleurs maracatus de Recife et des chanteuses de l’ensemble Voz Nagô.

Versão portuguesa
Naná Vasconcelos faleceu há um ano hoje. Autodidata e percussionista eclético, tocava tanto o berimbau que outra percussão, com os maiores músicos de jazz tanto como os maiores cantores da Música Popular Brasileira ou em músicas de filme...
Pernambuco apaixonado, liderou também a abertura do carnaval do Recife por 15 anos; las imagens que vêm mostram sua penúltima participação, em 2014, no comando do navio de la reunião de 11 dos melhores maracatus do Recife e das cantoras do conjunto Voz Nagô.

Voir sur Youtube

Sony alpha 55, 8' 32"

08/03/2017

Taquile, 09/02/17

Taquile est une des îles plantées sur le côté péruvien du lac Titicaca. Titicaca : quiconque a entendu ce nom en garde le mythe enfoui dans sa mémoire. Dans notre imaginaire, à plus de 3 800 m d’altitude*, berceau des civilisations de Tiwanaku et des Incas, le lac Titicaca reste parmi les havres préservés d’une nature reculant partout devant l’emprise des villes, des ranchs et des plantations. À Taquile, c’est sous une autre menace que l’image d’Épinal prend un coup…

Lire la suite...

01/03/2017

L’enterrement de Joselito, 01/03/17

« Les congos* passant leur cuite sur un hamac », Ángel Loochkartt, 2010, Musée d’art moderne de Bogotá, novembre 2016

Lire la suite...

28/02/2017

Cumbia à Barranquilla

La cumbia se danse dans toute l’Amérique latine, du Mexique à l’Argentine. On devrait dire les cumbias, tant ce rythme et cette danse populaires prennent de formes différentes. Au Pérou, chaque région a la sienne ; celle d’Ayacucho a des accents de musique chinoise, celle d’Huancavélica est enracinée dans des harmonies andines. Mais l’origine de la cumbia ne fait pas de doute : elle vient de la côte caraïbe de Colombie (de Montería à Santa Marta en passant par Cartagena et Barranquilla), où se sont rencontrées la flûte des indigènes cunas et koguis de la côte, les tambours des afro-colombiens et des pas de danse marqués par les traditions hispaniques.
Les instruments utilisés à Barranquilla sont le tambor llamador (tambour conique), le tambora (tambour cylindrique indigène), la caña de millo (flûte traversière), le guache (tube de bambou ou de métal empli de graines). D’autres régions de la côte préfèrent les gaitas (flûte à 7 trous), les maracas, l’accordéon, la clarinette…
Pour certaines cumbias, les danseuses portent des faisceaux de bougies ou des bouteilles sur la tête, ou les danseurs brandissent des machettes. Il en est par ailleurs dérivé de très belles versions chantées.
Les quelques cumbiambas barranquilleras enregistrées ici en donnent un éventail ; elles ont été filmées lors de cette institution qu’est le Carnaval de Barranquilla, plus précisément lors du défilé de la Grande parade de la 44, le 26/02/17.

Voir sur Youtube

Huawei Eco, 9’ 13"

25/02/2017

L’origine des Incas, 25/02/17

Recherchant des informations sur les sites archéologiques de El Cusco et de sa région que je découvrais, j’ai lu quelque part que si le quechua était la langue de communication de l’Empire inca, l’aymara était sa langue officielle. Ayant consacré des années de ma vie à l’étude de la prise du pouvoir des « guerriers de paix » mandingues sur le monde sérère (les Guelwaars), je ne pouvais que réagir d’un coup à cette information : les Incas auraient-ils été d’origine aymara ?

Lire la suite...

23/02/2017

La naissance de l’État, 23/02/17

Un Français moyen est généralement capable de citer quelques cultures méso-américaines : Aztèques, Mayas, parfois Toltèques, Huastèques ou Tenochtitlán… Mais en Amérique du Sud, combien d’entre nous sont capables de citer une autre civilisation que celle des Incas ? Pour ma part, c’est vite vu : je n’en connaissais aucune. Et pourtant…

Lire la suite...

13/02/2017

Torrents de boue, 13/02/17

Le mois de janvier a été dur pour le Pérou. Conséquence del Niño, les précipitations abondantes sur les Andes ont amené des inondations importantes dans une grande partie du pays. Lima, Ayacucho, Abancay… j’y ai toujours échappé de peu. Je parlais au début du mois de la sécheresse de Piura, où il ne pleut jamais : la ville est aujourd’hui inondée. Or, l’eau l’inonde pas seule ici : les huaycos les accompagnent : des torrents de boue et de pierre qui emportent tout sur leur passage. Les glissements de terrain suivent. On dénombrerait au moins 23 morts. Mais aujourd’hui, les huaycos ne sont pas tous dus à une nature folle…

Lire la suite...

Sikuris « 27 de juño »

La fête de la Virgen de la Candelaria (Vierge de la Chandeleur) de Puno, au bord du lac Titicaca, est une des plus grandes fêtes religieuses du Pérou. Du moins l’était, car elle donne surtout lieu aujourd’hui davantage à un « carnaval » très profane. Le dernier dimanche de janvier se tient un concours et des défilés de danses autochtones.
Le dimanche suivant, c’est le tour des danses métisses. Les participants se comptent par dizaines de milliers (40 000 cette année), et la foule fait exploser la population de Puno (150 000 habitants)
Dans cette présentation géante, les sikuris ont le mérite de l’authenticité et sont bien moins codifiés que les groupes folkloriques interchangeables de diables ou de caporaux en « costume de lumière »… en fait très peu de costume pour les danseuses. Je suppose que la Vierge apprécie.
Le groupe du « 27 de juño » (27 juin) présenté ici, remarquable par son ensemble et son homogénéité, n’a été noté qu’en 20e position sur 79, 6e des sikuris sur 15…

Voir sur Youtube

Huawei Eco, 5’27"

* Le nom de sikuris (ou sicuris) est dû au siku, nom aymara de la flûte de pan.

10/02/2017

La Juventud central de Chucuito

La Juventud central est un groupe de zampoña (flûte de pan) de Chucuito, bourgade de 8 000 habitants au bord du lac Titicaca. Il est ici enregistré à l’occasion d’une cérémonie funéraire de premier anniversaire, le 04/02/2017. Pour l’immense fête de la Virgen de la Candelaria, le jour suivant à Puno, capitale de la région, la Juventud central intègre la formation de sikuris* K’alacampana.
L’enregistrement est suivi d’une explication du « chef d’orchestre » de la Juventud central sur les différents types de zampoñas.

Voir sur Youtube

Huawei Eco, 10’25 + 3’44"

* Les groupes de sikuris (du nom aymara de la flûte de pan) peuvent comporter plusieurs dizaines de zampoñistas, tambourinaires, danseuses et exécutent des polyphonies et chorégraphies du même nom.

06/02/2017

Bout de l’an à Chucuito, 04/02/17

Fiorella, la mère de Francisco, est décédée voici tout juste un an à Chucuito, bourgade aymara au bord du lac Titicaca. Aussi aujourd’hui y célèbre-t-on sa messe anniversaire (messe du bout de l’an), et pas seulement la messe…

Lire la suite...

Journal, Machu Picchu, 01/02/17

Parler du Machu Picchu ? Empiler des superlatifs sur des superlatifs éculés ? Ils sont mérités. Ça, c’est fait. Alors, peut-être, mon expérience personnelle du Machu Picchu ?…

Lire la suite...

- page 1 de 7